logomagistere entetesite logomagistere
 
Accueil
Présentation
Les enseignements
Les mémoires
Les stages
  Organisation
  Exemples
Liens
Modélisation dynamique de la hauteur d’une mare

Etudiante : Sophie PÉNISSON.
accéder à son mémoire intitulé "Quelques cas particuliers de la conjecture de Serre".

Lieu de Stage : INRA, Jouy en Josas
Responsable : Christine JACOB.
Année : 2004-2005


De quoi ça parle ?

La Fièvre de la Vallée du Rift (FVR) a été choisie comme maladie générique du projet Emercase. C’est une maladie transmise par les moustiques qui touche les ruminants domestiques et sauvages, certains rongeurs et l’homme. Elle peut également être contagieuse pour l’homme par contact avec des animaux malades. La mort de troupeaux touchés entraîne souvent des pertes économiques consid érables, mais en raison de la nature de la maladie, la vaccination n’est pas la mesure préventive la plus efficace. Il paraît plus adapté, grâce à des modèles mathématiques appropriés, de chercher à déterminer le risque de survenue d’une flambée de FVR afin de prendre les mesures nécessaires.

Dans la région du Sénégal où l’étude sera effectuée, les moustiques vecteurs de cette maladie sont essentiellement du genre Aedes et Culex. Ces moustiques tiennent non seulement le rôle de vecteurs mais également de réservoirs car les femelles - qui transmettent le virus - restent infectantes toute leur vie.

Les moustiques sont généralement localisés à proximité des points d’eau.

Les oeufs des Culex sont pondus sur la surface de la mare. Il y a des oeufs aussi longtemps qu’il y a de l’eau, et ils ne résistent pas à la sécheresse.

Les oeufs des Aedes sont pondus sur le rivage, au niveau de l’eau ou juste en dessous. Pour éclore, ils ont besoin d’une période d’assèchement et d’une mise en eau. L’évolution des populations de moustiques est étroitement liée à celle des conditions climatiques telles que la température, le taux d’humidité, la pluviométrie et les vents.

On peut notamment schématiser la relation pluie/abondance de moustiques de la façon suivante :
- large mare profonde + pluies abondantes -> pullulation de Culex ;
- large mare + pluies abondantes années précédentes -> pullulation de Aedes l’année suivante.

On voit ainsi apparaître l’intérêt de connaître l’évolution de la hauteur des mares de la région étudiée pendant la saison des pluies.


Le rapport de stage en version intégrale

Vous pouvez télécharger ici la totalité du rapport de ce stage :

PDF - 575 ko
Rapport de stage de S. Pénisson

 
Nous contacter
SPIP